Encyclopédies Thomassian

Nous écrire Mise à jour du 8 juin
   

 

 

RADAR

N°1 (25.1.1947) – N°12 (25.1.1948)

Titre exact
1 à 9 : Les exploits de RADAR
10 à 12 : RADAR (changement de logo)

Mensuel
12 pages format 24 x 32 (1 à 3) puis 21 x 27 (4 à 12)
Remplacé par GARRY 
E.D.S. (Éditions du Siècle), 8 rue de Brest (Lyon) [n°3 à 12]

 

ENCARTS

Le numéro 8 contient le feuillet-annonce de TARGA, publication parue deux mois plus tard.



COUVERTURES

Elles sont toutes de Robert Meyer (sous la signature Bob V. Vinell)

 

SOMMAIRE

Ce deuxième titre des éditions du Siècle se distingue par ses spectaculaires couvertures, traitées dans l’esprit des pulps américains. Les planches intérieures, reproduites sur un fond bleu proche du lavis, confèrent un certain charme à cette série, même si le graphisme reste très inégal. Le dessinateur est bien meilleur dans la partie technique (fusées, machinerie, robots…) que dans la gestuelle des personnages. Des remarques qui s’appliquent d’ailleurs point par point à la série précédente des éditions du Siècle : TOM’X.

Le thème 
L’ingénieur Dick Radar a conçu une fusée. Accompagné de son fidèle collaborateur Nepo, de sa secrétaire Mag Donovan et d’un équipage, il part à la conquête de la Lune.

Désireux de rompre avec la naïveté que l’on trouve habituellement dans le traitement de ce thème, l’auteur s’est efforcé d’enrober son récit dans une technicité assez élaborée, comme en témoigne ce plan démesurément détaillé de la fusée placé en annexe du premier épisode.

Avant Tintin, il y a déjà un espion à bord de la fusée ! Mais contrairement à Tintin, la Lune est habitée : après avoir combattu des animaux monstrueux et perdu l’un des leurs englouti par des algues vivantes, les membres de l’équipage sont confrontés à des Lunaires belliqueux soutenus par une armée de robots. Nos héros vont se ranger du côté des Sélénites et les aider à combattre ces créatures malfaisantes (ép. 2 à 6).

Radar et ses amis doivent quitter la Lune, l’atmosphère étant devenue tout à coup irrespirable. Leur fusée est irrémédiablement attirée vers Mars :  les habitants réclament l’aide des Terriens car ils sont en proie à des ennemis qui détruisent les canaux. Grâce à un « projecteur d’énergie télépathique » Radar parvient à les chasser de Mars mais leurs fusées se dirigent alors vers la Terre (ép. 7).
On a droit à des scènes visiblement inspirées des illustrations de la « Guerre des Mondes » qui paraissaient à l’époque dans le journal TINTIN sous la plume d’Edgar P. Jacobs (ép. 8).

Usant toujours de télépathie, Radar renvoie l’escadre martienne dans le vide sidéral. Sa fusée se pose alors sur Vénus dont la reine est la fille du professeur Nilssen. Elle et son père sont arrivés sur Vénus en 1927 (ép. 9 avec une couverture qui anticipe de plusieurs années la fameuse scène avec le robot du film « Planète interdite » !).

Sa fusée ayant été engloutie dans des marécages, Radar veut utiliser celle du professeur Nilssen pour tenter de regagner la Terre. On assiste alors à la résurrection inattendue de Nilssen que l’on croyait mort mais qui avait été seulement profondément endormi par Minus, un Vénusien qui cherche à conquérir le pouvoir.
Après maintes difficultés, tous monteront à bord d’une île volante vénusienne pour partir. Mais cet engin inconnu est pris pour un vaisseau ennemi et il doit essuyer une attaque des forces terrestres. Radar prend alors une grave décision : « Puisque les hommes songent uniquement à la guerre, nous repartons… Adieu à tous ! ».

Radar et ses amis quittent la Terre et  « il ne reste plus dans le ciel que le sillage de l’île en route vers une planète hospitalière ». Une fin quelque peu amère alors qu’on aurait pu imaginer le héros heureux de revenir et acclamé par la foule…

L’auteur
Le peu de choses que l’on sait sur Robert Meyer provient d’un article de Jean Fourié paru dans LE COLLECTIONNEUR DE BANDES DESSINÉES n°16, basé sur des indications fournies à l’époque par un client de la librairie Lutèce :

« Dessinateur industriel d’origine lithuanienne venu en France aux veilles de la dernière guerre mondiale. Sitôt trouvé un emploi stable dans le dessin industriel, il délaissera les éditions du Siècle et ne fera plus d’incursion dans le domaine des publications enfantines. Robert Meyer mourra en novembre 1977, oublié, méconnu ».

On retrouve sa signature dans plusieurs numéros de GARRY SPÉCIAL et en couverture de quelques TOM’X.
Ajoutons simplement que nous l’avons cité au n°6 de la collection JUNIOR (éditions des Remparts) comme illustrateur du roman « Le magicien des mers » (1947).

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Les numéros 6 à 12 ne portent pas de dates mais la plupart sont annoncés de manière précise.
Rappelons que Bob V. Vinell est le pseudonyme de Robert Meyer.

N°1 (25.1.1947) : couverture Bob V. Vinell
Course à la Lune – 9 pl. (texte et illustrations de Bob V. Vinell)
Coupe de la fusée Radar – 1 pl.

N°2 (25.2.1947) : couverture Bob V. Vinell (signé)
Derrière la Lune – 10 pl. (illustrations de Bob V. Vinell)

N°3 (25.3.1947) : couverture Bob V. Vinell (signé)
Panique dans la Lune – 10 pl. (illustrations de Bob V. Vinell)

N°4 (25.4.1947) : couverture Bob V. Vinell (signé)
L’astre de l’épouvante – 10 pl. (illustré par Bob V. Vinell)
[le titre annoncé au n°3 était : La planète de l’épouvante]

N°5 (25.5.1947) : couverture Bob V. Vinell (signé)
La guerre des robots – 10 pl. (illustrations de Bob V. Vinell)

N°6 (25.6.1947) : couverture Bob V. Vinell (signé)
L’enfer aux rayons verts – 10 pl. (signé Bob V. Vinell)

N°7 (25.7.1947) : couverture Bob V. Vinell (signé)
Les titans du ciel – 10 pl. (illustrations de Bob V. Vinell)

N°8 (25.9.1947) : couverture Bob V. Vinell (signé)
Le cyclone de minuit – 10 pl. (illustrations Bob V. Vinell)

N°9 (20.10.1947) : couverture Bob V. Vinell (signé)
Les Robinsons de Vénus – 10 pl. (illustrations de Bob V. Vinell)

N°10 (20.11.1947 ?) : couverture Bob V. Vinell (signé)
La caverne du silence – 10 pl. (signé Bob V. Vinell)

N°11 (20.12.1947 ?) : couverture Bob V. Vinell (signé)
Le prisonnier du néant – 10 pl. (illustrations de Bob V. Vinell)

N°12 (25.1.1948) : couverture Bob V. Vinell (signé)
La lutte fratricide – 10 pl. (illustrations de Bob V. Vinell)
[cesse en annonçant GARRY]

 

 

RELIURES ÉDITEUR

Nous ne connaissons pas de reliure pour cette série.